La douce musique du mal version The Evil Within

tew_digital_album-03La petite musique de votre vie a besoin d’un peu plus d’intensité ? De folie ?

La bande originale de The Evil Within comprend 18 morceaux emblématiques du jeu, qui suffiront amplement à faire remonter votre tension entre deux parties ou à donner un petit coup de fouet à votre fête d’Halloween.

Téléchargez la bande originale de The Evil Within sur iTunes.

Dans les coulisses de Bethesda : La création du Gardien

Dans notre nouveau volet sur les coulisses de The Evil Within, Adam Sessler interview le créateur du jeu Shinji Mikami et l’illustratrice Ikumi Nakamura, au sujet de l’adversaire le plus emblématique du jeu : le Gardien.

Pour regarder d’autres vidéos de Sessler en immersion dans les studios de Mikami, parcourez ci-dessous la playlist de notre série.

Le mal s’invite aujourd’hui !

Éteignez les lumières et poussez le volume à fond : Halloween a pris un peu d’avance avec la sortie de The Evil Within, le retour de Shinji Mikami au genre qu’il a créé, le Survival Horror !

Félicitations à Mikami-san et à son équipe de Tango Gameworks ainsi qu’à toutes les personnes ayant permis la sortie du jeu aujourd’hui en Amérique du Nord et en Europe sur cinq plateformes : Xbox One, Xbox 360, PlayStation 4, PlayStation 3 et PC.

Ne manquez pas tout au long de la semaine de nouvelles actus concernant le jeu, des astuces de survie, des tests et les moments forts de la communauté.

Ne ratez pas non plus notre diffusion en direct sur Twitch aujourd’hui-même, pour nous voir aborder les premiers chapitres du jeu. Le spectacle commence à 19h.

Après une petite pause, retrouvez notre communiqué de presse dédié au lancement du jeu ! Continue reading full article ›

The Evil Within – Un monde effroyable

La semaine prochaine à la même heure, vous entendrez des histoires d’horreur dépassant de loin le scénario même de The Evil Within. Capable de mettre au défi les pires durs à cuire du Survival Horror, le jeu devrait monopoliser les discussions autour de la machine à café.

Vous cherchez des conseils de survie ? Regardez notre dernière vidéo, Un monde effroyable, et lisez le nouvel article de Fran Reyes, revenue vous filer un coup de main avant que le mal ne s’invite dans votre salon. Cette fois, elle vous parlera de l’importance d’étudier l’environnement, de savoir choisir entre combattre ou fuir pour sauver sa peau et de l’utilisation des pièges à votre avantage.

Si vous avez manqué les épisodes précédents, lisez les deux premiers posts de Fran, Toutes les balles comptent et Survivre à tout prix. Vous nous remercierez plus tard.

Prévoir l’imprévisible dans The Evil Within

Il y a un moment au tout début de The Evil Within où Sebastian Castellanos, inspecteur de police de Krimson City, se rend compte que la tuerie sur laquelle il travaille cache quelque chose de bien plus terrible. Quand les fondations de l’hôpital psychiatrique où il mène l’enquête se mettent à trembler violemment, il se précipite vers la sortie pour s’échapper et découvre alors une vision d’enfer : le sol s’est effondré, laissant place à des gouffres sans fond qui avalent des gratte-ciels entiers.

Est-ce la réalité ou un cauchemar tordu ? Vous passerez le reste de votre aventure à chercher la réponse, tout en plongeant de plus en plus profondément au cœur du mystère central du jeu et en luttant constamment pour survivre dans un environnement dangereux en perpétuelle évolution. Chaque fois que vous pensez savoir où vous êtes et où vous allez, le monde change et vous met brusquement en péril dans une arène ou face à de nouveaux adversaires redoutables… voire les deux. À vrai dire, le jeu semble prendre un malin plaisir à vous surprendre.

Assaillants à distance

Un excellent exemple de la manière dont The Evil Within vous force à rester vigilant survient à mi-chemin de la campagne. Après avoir traversé à toute allure des couloirs sombres et des pièces exigües pour échapper à un boss particulièrement diabolique, vous finissez par arriver dans des ruines ensoleillées. Des ponts de fortune et des marches en pierre mènent à des portes verrouillées et à des affleurements sur lesquels sont postés des Hantés (le nom de nombreux ennemis qui rôdent dans le jeu).

FranSniper

Viser les ennemis éloignés avec le fusil de précision nécessite temps et patience, deux choses que vous n’avez pas forcément quand vous êtes assailli, mais chaque touche est incroyablement efficace.
Les affrontements se succèdent tandis que vous vous frayez un chemin à travers les pièces et sur les toits, jusqu’à ce que vous atteigniez une impasse particulièrement redoutable : au loin, des tireurs d’élite apparaissent. S’ils vous voient à découvert, une pluie de carreaux mortels s’abattra sur vous. Heureusement, c’est aussi à cet endroit que vous obtiendrez votre propre fusil de précision. Mais il n’est pas facile de trouver le moment propice pour abattre ces deux ennemis avec votre nouvelle arme, puisque vous devrez toujours être à couvert pour éviter leurs rafales de flèches. Ce mélange de furtivité et d’action est une constante dans The Evil Within. Le jeu regorgeant de situations où la patience et la méthode sont davantage récompensées que les tactiques directes, vous ne ferez pas long feu sans varier votre approche du combat.

D’ailleurs, la précipitation est rarement payante dans un jeu rempli de surprises et de rebondissements. Si vous gaspillez trop de munitions ou d’objets pendant un combat, vous pourriez vous retrouver vulnérable aux autres dangers qui vous guettent. Et en guise d’avertissement pour les non-initiés : dans cet exemple particulier avec les tireurs, vous avez intérêt à vous assurer que chaque tir touche sa cible pour éviter de gaspiller des cartouches de fusil à pompe ou des carreaux d’arbalète. Vous en aurez rapidement besoin.

Fuir ou combattre, telle est la question

Il faut tout de même noter que les combats ne peuvent pas tous être gagnés : personne ne vous traitera de lâche si vous prenez la fuite pour éviter un conflit. Dans certaines zones, vous pouvez vous cacher sous un lit ou dans un placard pour reprendre votre souffle et évaluer la situation. Si vous êtes à court de munitions ou de seringues de soin, il pourrait être judicieux de vous réfugier dans une armoire pour échapper à vos poursuivants, dont la menace est indiquée par la jauge de détection du jeu. (Remarque : Cette jauge est activée automatiquement en mode de difficulté Détente, mais elle doit être activée manuellement en mode Survie).

FranSneakV3 Il n’est pas recommandé de foncer tête baissée en tirant à tout va. Prenez toujours le temps d’examiner les lieux en restant dans l’ombre pour évaluer la situation.

Quand un Hanté rôde dans les parages, une icône d’œil s’affiche à l’écran. Cet œil surveille les environs tant que vous restez inaperçu et s’ouvre en grand dès qu’un ennemi vous a repéré. À ce moment, vous devez prendre une décision : vaut-il mieux fuir ou combattre ? Il est parfois utile de trouver une cachette ou de s’éloigner suffisamment de l’adversaire pour revenir ensuite discrètement. Difficile de garder son sang-froid quand on n’a plus que quelques balles dans son inventaire… Mais en restant calme, vous pourrez vous approcher de nouveau d’un ennemi qui n’est plus conscient de votre présence pour réaliser une attaque furtive qui n’utilise aucune munition.

Dans certains cas, la fuite est la seule solution pour survivre. Rien de tel que d’être pourchassé par un monstre rapide dans de sombres couloirs sinueux ou des espaces exigus pour avoir des sueurs froides, mais certains des boss de The Evil Within ne peuvent pas être vaincus par des méthodes conventionnelles (voire pas du tout). Dans ces situations, votre doigt et la touche de course seront inséparables. Votre vitesse et la distance que vous pouvez parcourir en courant sont déterminées par votre endurance, un attribut qui peut être amélioré à l’aide du gel vert récupéré au fil de votre aventure.

FranMazeTrapNe paniquez pas. En gardant votre sang-froid, vous aurez plus de facilité à parcourir ce labyrinthe cauchemardesque rempli de pièges et à éviter de sauter sur une mine dissimulée.

Mais attention : il n’est pas forcément judicieux de foncer tête baissée pour échapper à un ennemi apparemment invulnérable sans faire attention à votre environnement. Certaines poursuites sont plus simples que d’autres, mais elles ne se ressemblent pas forcément. Dans une zone, il pourrait vous suffire de courir comme un dératé pour fuir l’ennemi, en esquivant simplement quelques obstacles. Dans d’autres, comme contre le redoutable Gardien armé de son maillet, vous devrez non seulement éviter ses attaques, mais aussi vous méfier des pièges qu’il pose sur son passage. Si vous marchez sur l’une de ses mines, vous subirez des dégâts et vous devrez vous libérer manuellement des barbelés qui vous enserrent la jambe (en remuant l’un des sticks analogiques) pendant que le Gardien se rapproche de vous… Une situation qui ne manque pas de piquant. De bons réflexes et une visée stable seront nécessaires pour désamorcer rapidement ou simplement détruire ces mines. Vos nerfs vous en remercieront.

Un monde de pièges

Le combat est une constante au fil de la campagne, mais ce n’est pas la seule difficulté que vous devrez surmonter. Les menaces ne se résument pas toujours à des vagues de Hantés ; certains obstacles sont beaucoup plus sournois. Si l’affrontement contre le Gardien vous force à rester vigilant avec l’ajout de pièges, d’autres combats vous obligeront à parcourir des zones remplies de ces obstacles mortels en un temps limité.FranKeeperTrapsLe Gardien réapparaît et pose des mines au sol à chaque fois que vous le rencontrez. Prenez le dessus en restant à l’écart de ses pièges.

Dans une zone particulièrement ardue, vous êtes pourchassé par un ennemi informe capable d’apparaître à volonté, traversant sans mal les clôtures et les portes d’un labyrinthe dont vous ne pourrez pas sortir avant d’avoir trouvé un passage dégagé. Comme si le stress de la poursuite ne suffisait pas, vous risquez aussi une mort immédiate à cause des pièges explosifs fixés aux murs, des impasses et d’autres obstacles mortels qui parsèment votre route. Comme vous devez redoubler d’habileté et de rapidité pour échapper à votre poursuivant, vous n’aurez pas toujours le temps d’esquiver ou de désamorcer les pièges dissimulés : il vous faudra parfois décider quelles menaces neutraliser en priorité et ce dans le feu du combat. C’est une épreuve stressante qui parvient à se différencier des nombreux combats déjà surmontés, mais elle n’en est pas moins terrifiante.

Malgré tout, les pièges ne sont pas toujours vos ennemis. Aussi dangereux qu’ils puissent être dans certaines situations, vous pouvez aussi les utiliser à votre avantage. Évidemment, vous obtiendrez en les désamorçant des pièces détachées indispensables à votre arbalète Agonie. La possibilité de récupérer des pièces et de fabriquer des carreaux en plein combat (tout en esquivant les attaques) signifie que vous aurez toujours des projectiles à votre disposition si jamais vous vous retrouvez à court de balles. Mais dans certaines phases plus furtives, il peut être incroyablement satisfaisant d’attirer un Hanté sanguinaire dans un piège à loup. Encore mieux, en leurrant une bande de brutes épaisses dans un couloir que vous aurez au préalable rempli de pièges à acide, vous pourrez éliminer plusieurs ennemis d’un coup sans sacrifier la moindre balle.

TrapDisarmV2Les bruits forts comme les explosions et les coups de feu attireront les Hantés. Le désamorçage des pièges est silencieux et vous rapportera des pièces détachées qui vous permettront de fabriquer des carreaux pour l’arbalète Agonie.

Cherchez toujours dans l’environnement et votre inventaire les meilleurs moyens d’aborder un combat. Si quelque chose semble impossible au premier abord, vous devrez sans doute utiliser les ressources à votre disposition de manière plus ingénieuse.

Il faut tout de même avouer qu’aucun des quinze chapitres de The Evil Within ne vous ménagera. Mais si vous survivez, vous serez récompensé par une “Nouvelle partie+” proposant des armes supplémentaires et d’autres nouveautés, comme la possibilité de relever le défi de deux nouveaux modes de difficulté supérieure : Cauchemar et Akumu. Ce dernier, qui signifie également “cauchemar” en japonais, est réputé dans les studios de Bethesda et Tango pour être quasiment impossible à terminer. Quelle âme courageuse surpassera toutes les autres en réussissant cet exploit ?

Avec ses réalités changeantes tourmentant constamment vos nerfs ébranlés, auxquelles s’ajoute la terreur constante de ne pas savoir ce qui vous attend dans l’obscurité, mieux vaut vous préparer à toute éventualité.

Le Gardien et son double (en cosplay)

the_keeper__boxman__cosplay__from_the_evil_within__by_corroder666-d812codNous suivons de près Daniel (connu sous le pseudo Corroder666 sur DeviantArt) après avoir découvert son formidable cosplay du “Gardien” de The Evil Within. Daniel a présenté son costume à la gamescom de cette année, participant ainsi à l’enthousiasme entourant la sortie du jeu en ce mois d’octobre. Nous lui avons demandé de nous accorder quelques instants pour répondre à nos questions sur la création de son costume aussi complexe que terrifiant.

Pourquoi recréer le costume du Gardien ?

C’est un personnage emblématique de The Evil Within. Son apparence me rappelle “Pyramid Head” dans Silent Hill. J’adore cette silhouette dérangeante et mémorable, je la trouve géniale !

Ensuite, c’est la réalisation en elle-même qui m’a attiré. D’habitude, je ne me lance dans un costume qu’après avoir joué à un jeu et considéré qu’il était bon. Ça permet de tisser des liens particuliers avec les personnages et j’ai alors assez d’éléments pour reproduire chaque détail le plus fidèlement possible. Dans le cas présent ça m’aurait été impossible en m’appuyant seulement sur les quelques images publiées, mais la modélisation 3D de Boxman parue sur Sketchfab pour Halloween l’an passé m’a permis de tout recréer.

Quels matériaux avez-vous utilisés pour sa fabrication ?

Tête – La structure de la tête c’est un casque de vélo, de la mousse rigide et du thermoplastique “Worbla’s Finest Art” pour les rivets. Pour ne pas avancer à l’aveugle, j’ai installé une PlayStation Vita derrière le cadran rotatif supérieur pour suivre les images envoyées par une caméra située à l’extérieur.

Fil barbelé – J’ai réalisé le fil barbelé avec des chutes de “Worbla” que j’ai fait fondre pour les rouler en forme de fil de fer. Il y en a plus de 25 mètres au total.

Hotte – La structure est constituée de plaques de Styrodur et j’ai utilisé du métal ondulé et du Worbla pour les finitions.

Attendrisseur à viande – Pour cet élément, j’ai découpé la tête du marteau dans du Styrodur, ajouté un tube cartonné pour la poignée et j’ai recouvert le tout de Worbla.

Divers – Je me suis également servi de similicuir, d’un tablier de soudeur, de gants de protection anti-acide et bien sûr de nombreuses peintures.

Continue reading full article ›

The Evil Within – Survivre à tout prix

 À bientôt une semaine de la sortie de The Evil Within, nous revenons vous donner quelques conseils pour survivre à Krimson City. Regardez notre vidéo YouTube ci-dessus et lisez l’article de notre rédactrice invitée, Fran Reyes, qui vous a préparé un petit guide de survie sur la furtivité ou les combats de boss.

Revenez lire dans la semaine la 3e partie de notre série dédiée à la survie. Et si vous avez manqué la première, vous pouvez la retrouver ici.

Dans The Evil Within, ingéniosité = survie

Les récompenses les plus gratifiantes sont celles que l’on arrache et les combats impitoyables de The Evil Within en sont l’exemple parfait. Dans le rôle de Sebastian Castellanos, inspecteur de police de Krimson City, vous ne pourrez pas vous contenter de cribler de balles les abominations peuplant les couloirs ensanglantés de ce monde cauchemardesque. À chaque affrontement, vous devrez redoubler d’habileté pour prendre le dessus sur vos adversaires, mais pour cela, vous devez savoir à quoi vous aurez affaire.

Les différents monstres que vous affronterez dans The Evil Within offrent un certain degré d’imprévisibilité, mais il y a une chose dont vous pouvez être sûr : les munitions et autres ressources vont manquer. Vous aurez besoin de la totalité des balles, seringues restaurant la santé et autres pièces détachées permettant de fabriquer des carreaux pour l’arbalète Agonie, si vous voulez vaincre certaines des créatures les plus puissantes du jeu, qu’il s’agisse de boss ou d’ennemis plus communs, mais tout aussi mortels.

Discrétion est mère de sûreté

Il est essentiel d’apprendre les particularités de vos adversaires. Il serait par exemple peu judicieux d’attaquer directement les Hantés de niveau supérieur, notamment le spectre humanoïde à capuche dont l’attaque suit Sebastian et peut le tuer instantanément. Dans ce cas précis, la meilleure tactique est plutôt de rester caché ; si vous parvenez à prendre la créature par surprise et à la tuer en un coup à l’aide d’une attaque furtive, vous n’aurez pas à esquiver ses attaques à distance ou ses coups dévastateurs au corps à corps. Si vous vous faites repérer, vous devrez éliminer le Hanté tout en évitant les bras qui jaillissent du sol et vous pourchassent pour vous infliger un coup fatal.

Ces Hantés comptent parmi les ennemis les plus coriaces de The Evil Within. Imaginez-vous en affronter plus d’un à la fois…

La furtivité n’est que l’une des armes de votre arsenal. Lors des combats qui vous opposeront à plusieurs vagues de brutes affreuses dans un espace ouvert, vous devrez utiliser votre inventaire de manière ingénieuse. Vous devrez par exemple la jouer fine face à certains Hantés (plus imposants et un peu plus bouffis), capables d’encaisser davantage de dégâts. Comme les munitions sont rares, vous privilégierez sans doute un tir dans la tête pour économiser vos balles face à la horde et éviter d’être submergé.

Si vous pouvez maximiser l’efficacité des tirs dans la tête à l’aide d’améliorations ou d’un fusil à pompe puissant, c’est votre capacité d’adaptation qui fera la différence. Vous êtes à court de munitions ? Ou peut-être qu’il ne vous reste qu’une poignée de balles dans votre fusil de précision et un pistolet qui ne vous servira pas à grand-chose en combat rapproché ? Priez pour avoir des allumettes et une torche sous la main : ces objets vous sauveront la vie si vous parvenez à faire tomber un ennemi en l’attaquant au corps à corps ou en lui tirant dans les genoux pour ensuite l’enflammer. Plus d’allumettes et pas de torche à proximité ? Il vous reste toujours la fuite. Dans The Evil Within, vous ne pourrez pas toujours fuir les combats sain et sauf, mais c’est parfois la seule solution, ne serait-ce que pour reprendre votre souffle et chercher des ressources ou des pièges (une balle supplémentaire peut être aussi cruciale qu’une série de pièges explosifs posés sur le chemin de vos poursuivants).

La galerie des horreurs

Cependant, les boss sont une autre paire de manches. En plus des divers affrontements qui vous opposeront au bestiaire sinistre de The Evil Within, les combats contre les adversaires les plus formidables du jeu mettront souvent aussi bien votre cerveau que vos réflexes à l’épreuve. Laura, la créature arachnéenne aux longs cheveux et aux membres multiples, en est le parfait exemple.

Laura vous attend au cœur d’une chaufferie souterraine labyrinthique. Ne comptez pas tuer ou fuir directement cette adversaire surnaturelle que vous affronterez à plusieurs reprises au fil du jeu : vous découvrirez rapidement qu’elle est invincible. Vous devrez plutôt vous montrer attentif et faire preuve d’ingéniosité pour survivre à ses visites sous différentes apparences. Dans certains cas, il vous faudra utiliser des éléments de l’environnement, mais dans d’autres, vous n’aurez pas d’autre choix que de courir.

Dans l’affrontement de la chaufferie, les joueurs astucieux auront l’avantage pour échapper à Laura. Y a-t-il des indices dans les tuyaux qui encombrent la pièce ? Que se passerait-il si vous tiriez dessus ? The Evil Within ne vous laisse pas en plan : le nécessaire de survie est toujours fourni, il faut simplement vous calmer et prendre le temps d’observer votre environnement. Évidemment, quand on est pourchassé par une créature épouvantable, c’est plus facile à dire qu’à faire.

FranLaurav1Attendez-vous à une lutte acharnée contre Laura dans la chaufferie. Ce combat mettra à l’épreuve votre vitesse, votre dextérité et votre réflexion. Serez-vous assez rapide pour la garder à distance ?

Les points faibles et modes d’attaque de chaque boss vous forceront à utiliser toutes les ressources dont vous disposez. Il est essentiel de savoir quelle arme ou quel explosif utiliser contre les différentes formes d’un ennemi, et comment obtenir des munitions quand vous êtes presque à court (et ce sera toujours le cas dans The Evil Within). Vous devrez aussi repérer les occasions de récupérer des objets : dans un affrontement de fin de chapitre particulièrement éprouvant contre l’une des monstruosités les plus rusées du jeu, vous pouvez faire apparaître des boîtes de munitions en exterminant les bestioles que le boss produit à certains moments du combat. Mais comme toujours, garder son sang-froid et éviter les dégâts reste une affaire délicate.

Votre maîtrise de l’arbalète Agonie sera cruciale dans certains affrontements, car ses carreaux peuvent être fabriqués à la volée. Avoir suffisamment de pièces détachées peut faire la différence entre créer un simple harpon ou fabriquer un projectile bien plus dévastateur, comme un carreau immobilisant. Naturellement, plus les carreaux sont puissants, plus leur fabrication nécessite de pièces. Un joueur avisé s’efforcera donc constamment d’économiser ses ressources.

Une difficulté implacable

Entre les combats de boss et les affrontements souvent tout aussi difficiles contre les ennemis plus communs de The Evil Within, votre instinct de survie vous conditionnera à n’utiliser que le strict nécessaire. Vous trouverez généralement de précieuses ressources en explorant chaque recoin d’une zone, mais il est essentiel de ne rien gaspiller pour passer au chapitre suivant.

Sacrifier une balle peut être rémunérateur si vous savez quand et où tirer.

La difficulté augmente grandement en fonction du mode choisi (il y en a quatre en tout, deux étant disponibles dès le début). Détente, la première option, n’a rien d’une promenade de santé, mais l’écart entre Détente et Survie est considérable car les changements s’appliquent également aux éléments de gameplay comme les casse-tête et les paramètres par défaut. Le mode Survie vous donnera du fil à retordre : certaines fonctionnalités doivent être activées manuellement (comme la jauge de détection : en mode Détente, une icône d’œil s’affiche automatiquement quand les ennemis sont conscients de votre présence) et de nouveaux casse-tête apparaissent. Le choix du mode de difficulté dépendra de votre goût pour le danger, mais le chemin le plus ardu n’est pas sans récompense.

Dans The Evil Within, la tension est permanente. Du fait de la rareté des ressources, vous devrez constamment faire des choix dans le feu de l’action : préférerez-vous jouer la carte de la discrétion pour économiser vos munitions, améliorer vos armes avec du gel vert pour augmenter les dégâts et vos chances d’infliger un tir à la tête fatal à vos adversaires ou encore attaquer les ennemis au corps à corps pour les faire tomber et les enflammer avec une allumette ? Une fois devant le premier adversaire de taille, vous choisirez surement les trois.

“Dans les coulisses de Bethesda”, la suite, toujours avec The Evil Within.

Notre série sur les coulisses de The Evil Within continue cette semaine avec trois nouvelles vidéos. Adam Sessler s’entretient de nouveau avec le créateur du jeu Shinji Mikami, ainsi que d’autres membres de Tango Gameworks, pour vous donner un aperçu plus détaillé du jeu et de ses développeurs.

Dans “Inspirations : les origines du Mal” (vidéo ci-dessus, des sous-titres en français sont disponibles), Mikami-san nous raconte comment son amour pour les vieux films d’horreur et de science-fiction a contribué au jeu et comment le studio entend perpétuer le développement du Survival Horror. Vous en apprendrez peut-être un peu plus sur l’histoire et le folklore japonais, mais aussi sur ce qui terrifie le célèbre réalisateur.

Dans “Conception audio : entendre le Mal”, Adam Sessler passe un peu de temps avec deux membres de l’équipe audio, Shuichi Kobori et Ippei Shiraki, pour mieux comprendre le rôle de la musique et des sons dans l’immersion du joueur.


Et du son à l’image, découvrez le sixième volet “Conception visuelle : l’esthétique du Mal”. Rejoignez Adam Sessler et le directeur artistique Naoki Katakai autour des inspirations, des environnements et bien sûr des ennemis de The Evil Within.


D’autres infos exclusives sur The Evil Within se succèderont tout au long du mois d’octobre. Ne manquez surtout pas les futures vidéos, articles et interventions de Shinji Mikami !

Et si vous avez raté les premières vidéos “Dans les coulisses de Bethesda”, retrouvez-les ici ou sur notre liste de lecture YouTube.

The Evil Within : Toutes les balles comptent


Progresser dans The Evil Within n’est pas une promenade de santé. Pour votre survie, il est important d’apprendre comment tirer parti des mécaniques du jeu. Utiliser les ressources à votre avantage, gérer vos munitions et simplement savoir quand fuir peut prolonger votre vie un peu plus longtemps.

Prenez une leçon de survie dans la vidéo ci-dessus avant de vous plonger dans la lecture d’un article 100% sans spoiler de notre rédactrice invitée Fran Reyes, juste au-dessous. Dans cet article, Reyes décrit les stratégies qui l’ont aidée à terminer le jeu. Potassez-le pour être prêt(e) le 14 octobre.

C’est à toi Fran !

Se défendre des créatures cauchemardesques de The Evil Within

Pauvre Sebastian Castellanos. En tant qu’inspecteur de la police de Krimson City, il n’a jamais rien vu d’aussi glaçant que l’affaire sur laquelle il travaille dans The Evil Within. Suite à un appel d’urgence, sa petite équipe et lui se rendent sur les lieux d’un multiple homicide à l’asile de la ville. Les événements passent rapidement de l’étrange au terrifiant sans plus d’explication. Heureusement, Sebastian ne reste jamais complètement sans défenses.

Pour affronter la tempête, une première règle : ne comptez pas sur les moments d’accalmie, vous devez apprendre à utiliser les armes et objets à votre disposition. Du pistolet de service que Sebastian porte sur lui à l’arsenal plus évolué qu’il trouve au hasard de ses découvertes, en passant par les aptitudes que vous améliorerez et maîtriserez petit à petit… vous devrez varier les plaisirs si vous voulez survivre dans The Evil Within .

Allumettes, torches et cerveaux en bocal

Au combat, il ne suffit pas de courir et de tirer dans le tas. Vous devrez le plus souvent recourir à plusieurs techniques, comme mettre le feu à une créature avec une allumette pour vous assurer qu’elle soit bien morte. Le jeu vous rappelle subtilement qu’une seule allumette peut faire des miracles si vous abattez plusieurs ennemis et mettez le feu à toute la pile de cadavres. L’allumette – comme les autres objets du jeu – étant une denrée rare, voilà un conseil avisé.

Lors de combats contre des créatures surnaturelles, vous pourrez récupérer des objets à usage unique sur les cadavres. Par exemple des haches ou des torches qui, maniées correctement, vous garantissent une mort instantanée, mais ne peuvent être réutilisées, améliorées ou placées dans l’inventaire. Mais elles peuvent faire toute la différence lors d’un combat où vous faites face à plus d’ennemis qu’il ne vous reste de balles.

Brûler les ennemis avec une torche, une flaque d’essence enflammée ou une allumette de votre inventaire, entraine leur disparition définitive. Vous n’aurez pas toujours besoin d’une allumette pour les éliminer à tout jamais, mais mieux vaut vous en assurer tant que vous ne savez pas faire la différence.

Les allumettes et autres objets à usage unique ne vous aident que partiellement contre les dangers de The Evil Within. Les armes à feu restent le moyen d’attaque et de défense le plus pratique, mais la façon dont vous combattez la menace dans le jeu repose fortement sur votre capacité à les améliorer. Comptez sur les améliorations et le “gel vert”, récupéré çà et là en cours de partie sous la forme de cerveaux humains en bocaux baignant dans un fluide vert. Cette sinistre monnaie d’échange est utile lorsque vous passez “de l’autre côté du miroir”, sur une plateforme que vous revisiterez tout au long de votre périple. Elle ressemble beaucoup à la réception d’un asile et l’infirmière que vous y rencontrerez en sait plus qu’elle ne le laisse paraître. Vous y effectuerez des expériences sur vous-même pour améliorer vos habiletés (comme votre endurance, pour sprinter et vous échapper d’un danger ou votre jauge de vie) et gérer votre arsenal.

MirrorHubV2Dès que vous entendez les notes de “Clair de Lune” de Debussy, vous savez que l’un de ces miroirs est à proximité. Une fois activé, il vous donnera accès à la relative sécurité de cette plateforme.

Armez-vous

Les armes telles que votre revolver ou votre fusil (les deux armes les plus chères aux yeux de Sebastian, parmi un arsenal allant du standard au super secret) peuvent être perfectionnées pour donner la mort plus efficacement. Au fil du jeu, vous serez sans doute tenté d’utiliser vos points d’amélioration pour vos armes plus puissantes afin d’augmenter votre puissance de feu face à des situations d’affrontement de plus en plus exigeantes. Mais compte tenu du nombre de munitions disponibles, optez plutôt pour la prudence. Dans la majorité des cas, vous concentrer sur les capacités de votre arme de poing et de votre fusil (capacité du chargeur, dégâts ou précision, parmi des tas d’autres stats améliorables) n’est pas juste pratique, c’est aussi malin. Après tout, lorsque vous affrontez d’incessantes vagues de simples ennemis (comme les Hantés, dont il existe des dizaines de sortes), vous ne voudrez pas gaspiller toutes les munitions de vos armes plus avancées, quand un tir à la tête avec votre arme de poing peut faire l’affaire. Gardez vos carreaux d’arbalète Agonie pour les boss ou les menaces plus inquiétantes, vous me remercierez plus tard.

L’arbalète multifonctions de Sebastian est l’une des armes les plus flexibles du jeu et constitue un nouveau moyen de gérer son temps et ses munitions. Dans The Evil Within, le rôle des pièges est primordial lorsqu’on aborde une nouvelle zone. Tout sans exception, du piège à loups, aux mines en passant par les bombes murales à retardement (sans parler des pièges électriques ou à l’acide) peut changer le cours de quasiment tous les combats et cela pour différentes raisons. Chaque carreau est constitué de différentes pièces collectées sur des pièges désassemblés. Le temps perdu sera largement récompensé. Dans une pièce grouillant de créatures assoiffées de sang, oserez-vous prendre le temps de vous accroupir devant une mine et collecter la pièce tant convoitée pour fabriquer un carreau explosif ? Ou prendrez-vous le risque d’entrer sans prévenir dans une pièce en espérant qu’elle ne soit pas truffée de bombes murales, que vous arriverez ou non à désamorcer avant qu’elles n’explosent ? Fabriquer des carreaux explosifs est-il plus important que simplement survivre jusqu’à la prochaine zone ?

AgonyBolt2Utiliser un carreau explosif de votre arbalète Agonie peut causer des dégâts dévastateurs… ou simplement causer des dommages tout aussi mortels lorsqu’il est tiré sur un piège à détection de mouvements. Mais faites attention de ne pas laisser s’approcher un ennemi ayant reçu un carreau explosif, vous pourriez finir en morceaux…

Fabriquer des carreaux vous offre simplement plusieurs moyens de vous protéger des vagues de créatures cauchemardesques qui peuplent The Evil Within. L’arbalète Agonie peut tirer différents types de carreaux, les carreaux explosifs peuvent avoir une toute autre utilité que les carreaux aveuglants ou électriques dans un combat donné. Comme on dit, plus on est de fous, plus on rit et quand on a suffisamment de pièces pour créer un carreau, votre stratégie vous dictera de démonter le piège pour plus de pièces ou de tirer dessus pour l’activer.

Solutions pratiques

Il est judicieux de noter que fabriquer vos propres munitions n’est une option que pour l’arbalète Agonie. Toutes les autres armes à feu utilisent des balles pouvant être ramassées aux alentours. Effectivement, vous ne trouverez aucune armurerie ou marchand ambulant dans les réalités changeantes de The Evil Within. Aussi surprenant que cela puisse paraître (et c’est d’autant plus vrai face au jeu), les joueurs les plus méticuleux trouveront d’autres manières d’augmenter leur réserves de munitions, avec l’aide des statues de déesses.

Les tireurs d’élite aux yeux de lynx arriveront à repérer ces figurines placées dans les nouvelles zones. Détruisez-les d’une attaque ou d’un tir (même si nous ne vous conseillons pas de gâcher vos balles pour ça) afin de récupérer une clé de casier cachée à l’intérieur. Cette clé vous donne accès à une réserve limitée de munitions ou de gel vert dans un endroit spécifique de la “plateforme miroir” de l’hôpital. En d’autres termes, la différence entre la fin de partie et la réussite tient à votre capacité à ouvrir l’œil pour ces statues de déesses placées malicieusement.

GoddessStatueV2Les statues de déesses sont quelque fois placées de manière évidente, mais elles sont la plupart du temps cachées dans des cavités difficiles à repérer. Elles valent toutefois la peine d’être récupérées pour se refaire une santé.

D’autres mystères vous attendent aussi parmi les nombreux objets et récompenses spéciales du jeu, mais peut-être vaut-il mieux les laisser aux âmes assez courageuses pour les trouver tous. Il y a beaucoup à découvrir dans The Evil Within, de votre gestion des munitions à vos dépenses de gel vert. Bien qu’il y ait matière à affiner votre stratégie, il est essentiel de garder les yeux ouverts et votre arme toujours à portée de main. Après tout, on ne sait jamais vraiment ce qui attend derrière la porte.

La configuration du mal

tew_pc_frontcover_noratingJuste après l’annonce du départ pour la duplication de The Evil Within, nous avons apporté la touche finale à la configuration recommandée sur PC. Ces spécifications “recommandées” assurent que votre expérience de jeu se déroule comme l’a voulue l’équipe de développement.

Remarque : nous n’avons pas établi de configuration minimale requise. Si la capacité de votre ordinateur est inférieure à cette configuration (prévoyez 4 Go de mémoire vidéo), nous ne pourrons pas garantir une performance optimale.

Configuration système recommandée sur PC

Windows 7/Windows 8 64-bit
i7 4 cœurs ou plus
4 Go de RAM
50 Go d’espace libre sur le disque dur*
GeForce GTX 670 ou équivalent avec 4Go de VRAM
Connexion Internet haut débit
Compte et activation Steam
*Les 50 Go d’espace libre sont requis pour l’installation. Une fois l’installation terminée, le jeu occupera environ 41 Go d’espace sur le disque.

En parlant d’espace (et à votre demande), voici la taille des installations pour les versions consoles du jeu.

Xbox One — 40 Go d’espace libre sur le disque dur
PlayStation 4 — 40 Go d’espace libre sur le disque dur
PlayStation 3 — 7 Go d’espace libre sur le disque dur
Xbox 360 — 7 Go
Remarque : The Evil Within impose une installation obligatoire sur le disque dur de la Xbox 360 ou une clé USB 2.0 (ou plus).